<>

Flash-infos : vers la Pentecôte

Mois de Mai, Mois de Marie

Pape François : la contagion de l’espérance

Bulletin Le Grand Large

Méditation-Conférence

Messes retransmises

Agenda

Le coronavirus vécu ailleurs

Catégories : Actualités

Le coronavirus vécu ailleurs

Rien n’est comparable bien sûr, mais je vous livre deux témoignages venus l’un de Madagascar et l’autre de Kinshasa :

Madagascar (P. Bernard Guichard, spiritain, que certains connaissent bien car il est le frère de Joël qui habite Barbâtre) :

« En fait, dans notre belle et grande ville de Majunga (plus de 300.000 hab.) la vie continue comme avant l’arrivée de “ corona “. Bien sûr toutes les écoles et les Universités ont été vite fermées, les grands rassemblements dans les églises, les Temples et les Mosquées ont été interdits […] En dehors de ces deux choses, dont tout le monde a bien compris la nécessité, impossible de tenir compte des autres barrières. Tous les marchés de la ville du plus grand au plus petit sont ouverts toute la journée les bus qui desservent la ville sont toujours aussi surchargés. Les petits marchands sont toujours assis dans la poussière au bord du chemin pour vendre quelques fruits ou légumes ; comme ils disent : « il faut bien trouver l’argent qui demain servira à nourrir toute la famille : mourir du corona ou mourir de faim, il faut choisir ». Pas de “masques” ou vraiment très peu ! Se laver les mains toutes les heures, c’est bien, mais dans notre quartier l’eau nous est coupée de 5 heures du matin jusqu’à minuit et parfois 2 heures du matin. […]

Les jeunes qui font partie des classes d’examen, C.E.P. – BEPC, Baccalauréat, viennent de reprendre les cours. Les responsables d’établissements s’efforcent de leur mieux de respecter les consignes de sécurité, mais dès qu’ils sortent de classe, les élèves se précipitent vers les bus déjà surchargés, au point que l’aide-chauffeur a quelque fois du mal à fermer la porte. […]

Les toutes dernières nouvelles : une épidémie de Dengue commence à se répandre très vite dans notre quartier. Recrudescence du paludisme, qu’on commençait à oublier »

Kinshasa (P. Jean-Bosco Matand Bulembat, un ami bibliste qui aurait venir en août à Noirmoutier) :

« La situation des infections ici chez nous évolue progressivement au jour le jour. Ce matin, on nous parle de 442 cas confirmés dans tout le pays, dont 50 guéris et 28 décédés. […] Nous savons tous que ces statistiques ne reflètent pas la réalité, étant donné le manque criant des moyens pour tester la population à grande échelle. Nous sommes donc dans une sorte d’incertitude. Un économiste disait qu’il y a un scénario catastrophique prévu pour l’Afrique et qu’il espère ne pas le voir se réaliser : on prévoit 500 millions à 1 milliard de cas de contaminés et des millions des morts en Afrique d’ici une année. Quelle perspective ? Entre-temps, le confinement chez nous est pris à la légère par la majorité, car elle vit au jour le jour. Elle ne peut pas faire des provisions et restée confinée. C’est impossible ! »

 

 

Auteur :Catherine

Laisser un commentaire