<>

CHANGEMENT

PROVISOIRE

D’HORAIRES

DE MESSE

 

 

 

VOEUX

DE LA

PAROISSE

RETRAITE

D’ÉVANGÉLISATION

PAROISSIALE

 

 

JOURNEE MONDIALE DE PRIERE

La Journée Mondiale de Prière 2019 aura lieu le vendredi 1er mars, en l’Eglise Saint Philbert de Noirmoutier en l’île à 17h30.

La célébration est préparée par les femmes de SLOVENIE (pays de l’Europe centrale). Elles nous invitent à réfléchir, à partir du texte du grand banquet dans l’Evangile de Saint Luc 14,15-24.

Chaque année, un pays différend conçoit et rédige une célébration oecuménique. La prière se tient dans 180 pays et en France (près de 300 lieux).

Toutes et tous sont invités le vendredi 1er mars 2019

Mouvement oecuménique de femmes chrétiennes

 

Histoire de la Journée Mondiale de Prière

Dès le 19è siècle, aux Etats-Unis, dans les sociétés missionnaires protestantes, des femmes prennent l’initiative de prier et d’agir pour des populations défavorisées. A partir de 1887, ces groupes de femmes s’unissent entre eux pour prier ensemble. En 1927, le mouvement prend une dimension internationale puis oecuménique. En France, la Journée Mondiale de Prière est connue dès 1929, et devient Association Loi 1901 en 1988. A ce jour, on compte environ 400 groupes.

S’INFORMER – PRIER – AGIR

S’informer :

Chaque année, une célébration est rédigée par les femmes d’un pays différent. Ainsi, nous apprenons à connaître d’autres cultures, d’autres manières de s’engager dan la société.

Prier :

La richesse des thèmes proposés, l’interprétation différente des textes bibliques, les mille manières de dire Dieu, nous permettent de vivre la richesse de la Foi chrétienne dans sa dimension internationale et oecuménique.

Agir :

L’offrande est un acte de solidarité. Elle nous permet de participer à la lutte contre l’injustice, la misère, la violence, le sida, la traite des femmes…

La JMP finance des projets en faveur des femmes, pour promouvoir par exemple :

  • la formation des femmes dans les domaines agricole, artisanal…
  • la prévention dans les domaines de la santé,
  • les micro-crédits pour accéder à l’autonomie par des activités génératrices de revenus.