<>

Covid19 : les règles pour le culte

Horaires des Messes

Bulletin Le Grand Large

Méditer la Parole

Agenda

éditorial de juillet-août 2020

La croix, le livre et la charrue…

 

Hormis le dimanche, le mois de juillet nous offre cinq fêtes : deux patrons de l’Europe, Benoît et Brigitte (11 et 23 juillet) et trois apôtres, à savoir Thomas (3 juillet), Madeleine (22 juillet) et Jacques le Majeur (25 juillet). Le mois d’août nous offre une solennité, celle de l’Assomption de la Vierge Marie (15 août) et deux fêtes, celles de la Transfiguration du Seigneur (6 août) et celle de Saint Philbert, patron de notre paroisse (23 août).

Selon une belle formule, Benoît « a apporté le progrès chrétien à l’Europe par la croix, le livre et la charrue » (Paul VI). Benoît est la référence de tous les moines bâtisseurs, dont Philbert cher à notre île. Philbert a aménagé un port, des canaux, des cultures, des salines… Tous, ils ont évangélisé – et donc humanisé – bien des pays. Du 11 juillet au 23 août, nous suivons leurs traces.

La croix ne va pas sans le livre et la charrue. Les mots « culture » et « agriculture » sont proches. En hébreu, la première langue de la Bible, « cultiver », « travailler » et « servir » sont par ailleurs des mots quasi-équivalents. Mais… Le service peut devenir asservissement. Le travail peut se tourner en exploitation des humains et des ressources naturelles. L’éducation et la culture, au lieu d’humaniser, peuvent creuser les disparités et durcir les conflits.

Reste un livre parmi d’autres : le livre de la Parole de Dieu dont les mots définissent l’Évangile. À la suite des apôtres, nous savons que l’Évangile prend la forme d’un double service libérateur, celui de Dieu et celui de nos frères et sœurs. Le service de Dieu est le culte. Nous y célébrons son amour. L’action de grâce – l’eucharistie – demande chaleur fraternelle et reconnaissance des fautes, accueil du salut, chant et musique. Le service de Dieu trouve sa vérité dans le service de notre semblable, le service de la création et des humains, la mise en œuvre du droit et de la justice. Plusieurs rendez-vous montrent que cela se vit au quotidien; en témoignent Louis et Zélie Martin, Mère Yvonne-Aimée de Malestroit, Maurice Zundel ou Marie-Euphrasie Pelletier.

Que l’Évangile continue, par nous, sa tâche d’humanisation dans une Europe qui peine à se remettre du Covid19. Notre souci de la fraternité invite à participer à la construction d’un monde nouveau, avec la certitude que le Règne de cieux vient sur la terre comme au ciel.

P. Gérard Billon

ARCHIVES-éditos/