<>

Covid19 : les règles pour le culte

Horaires des Messes

Bulletin Le Grand Large

Méditer la Parole

Agenda

Devenir prêtre

Tu es heureux dans ta foi en Jésus-Christ. L’Évangile marque ton existence, tu as le désir d’en témoigner. Prends le temps de la prière, laisse-toi imprégner par la Parole de Dieu, discerne la volonté de Dieu avec un prêtre ou une personne de confiance. Comment te repérer ? Entends les appels des communautés chrétiennes. Entends l’appel du Seigneur : « Qui enverrai-je ? »

Contacte le Service Diocésain des Vocations (SDV), pour participer à un temps de réflexion.

Devenir prêtre nécessite plusieurs années d’études dans un « séminaire ». Le séminaire est un lieu de discernement, de formation humaine et intellectuelle, d’approfondissement spirituel et de découverte de la mission. (voir La formation des prêtres).


Les vocations dans l’Eglise

La vocation baptismale. La mission fondamentale du chrétien est d’aller au bout de sa vocation de baptisé, en vivant l’Évangile et en faisant de son existence une réponse d’amour au don de Dieu. Chacun est consacré pour être une demeure spirituelle et un « sacerdoce » saint de façon à proclamer les merveilles de Dieu et à lui offrir les joies et les peines de tous. Chacun a sa vocation, quelle est la tienne ?

Les vocations particulières. Dans l’Église, la vocation baptismale prend corps de bien des manières : soit laïc dans le monde, par la vie conjugale et familiale ou bien le célibat ; soit par le sacrement de l’ordre (diacre, prêtre, évêque) ; soit en entrant dans la vie « consacrée ».

Ceux et celles que l’on appelle les « consacrés », sont des hommes et des femmes qui ont choisi de remettre entièrement leur vie au service de Dieu. Dans notre société, ils sont prophètes et témoignent de la joie de Dieu. Ils prient, accueillent, écoutent et annoncent la Bonne Nouvelle. Cet engagement est réalisé dans la vie monastique, la vie religieuse contemplative ou apostolique, la condition d’ermite ou de vierge consacrée.

Au mois de mars 2020, le pape François a écrit aux jeunes du séminaire saint-Yves à Rennes. Sa lettre comprend trois points. D’abord, il leur demande de « brûler avant tout d’un amour ardent pour Jésus », car « sans un amour ardent pour Dieu et, en lui, pour tout le peuple qui nous est confié, notre affectivité trouvera d’autres sources et menacera le don précieux du célibat pour le Royaume ».

Ensuite, il aborde la mission pastorale et évangélisatrice du prêtre en demandant de « ne jamais perdre de vue que le Christ a choisi miséricordieusement comme apôtres des hommes pauvres, limités et pécheurs ». Il met en garde contre les « mondanités » : « À notre époque de surexposition médiatique, il est indispensable d’apprendre à vivre, à réfléchir, à agir sous le regard de Dieu, en formant soigneusement sa conscience, afin de prendre des décisions justes, avec jugement droit et une perception objective des personnes et des événements ».

Dernier point : le pape François souligne « la priorité donnée à la prière et à l’annonce de la Parole ». Un disciple missionnaire est, comme les Apôtres, « assidus à la prière et au service de la Parole » (Ac 6, 4).

 


« La moisson est abondante et les ouvriers peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson » (Matthieu 9,37-38).