<>

1722-2022 : voeu à Saint Sébastien

Une Eglise synodale, kesako ?

Le vaccin et la fraternité

Le parcours Alpha

Bulletin Le Noroît

Méditer la Parole

Agenda

éditorial janvier 2022

Ensemble, c’est tout

Pour « voir » le petit enfant dont l’ange leur a parlé, les bergers sont venus en groupe. Le récit de Luc ne signale nulle défection, due à un manque de courage ou à un doute. Il n’y en a pas non plus chez les mages selon le récit de Matthieu. Au contraire : ils se trompent, mais ils demandent et ils cherchent. Avec ténacité et confiance (celle des mages en Hérode a été mal placée), les bergers puis les mages ont marché, tiré en avant par une espérance : notre Dieu nous aime au point de partager notre condition. La parole de Dieu pour les uns, une étoile pour les autres ont déclenché quelque chose, vécue de façon communautaire.

L’appel à suivre le Christ demande bien sûr une réponse libre, personnelle. Sur le chemin, nous en rencontrons d’autres qui, eux aussi, répondent à leur manière. Et nous marchons ensemble.

« Marcher-ensemble » caractérise l’identité de l’Église où se mêlent femmes et hommes, croyants et mal-croyants, pratiquants réguliers ou irréguliers, laïcs, religieux et prêtres, iliens et continentaux, étrangers et nationaux. Que de richesses échangées mais aussi que de tensions !

Pour préparer la rencontre internationale d’évêques (ou synode) de 2023 sur ce qu’il appelle la « synodalité » (le « marcher-ensemble »), le pape François nous consulte. Il demande que nous mettions des mots – du vécu – sur ce qui, déjà, est communion, participation et mission ! Rêvons sur ces mêmes mots. Imaginons comment rénover notre manière d’être et de marcher à la suite du Christ et à sa rencontre ! Les bergers avaient au cœur une parole venue des cieux. Nous aussi. Les mages avaient les yeux fixés sur une étoile. Nous aussi.

Les brefs comptes-rendus que nous allons élaborer vont en rejoindre d’autres à l’évêché, puis, de là, à la Conférence des évêques de France puis, de là, à la Conférence des évêques d’Europe puis, de là,  à Rome qui va s’en servir pour le synode de 2023. Les petites rivières font les grands fleuves. Certain-e-s sourient : « Croyez-vous que le pape va tenir compte de nos échanges ? » Oui, dans la mesure où des constantes vont apparaître et nourrir la réflexion de nos pasteurs. Déjà, sur notre paroisse, le Conseil pastoral va disposer d’une image plus juste de la vitalité et des demandes de la communauté que nous formons, gens originaires de l’île et résidents habituels ou occasionnels, jeunes et moins jeunes, tous soucieux de l’Évangile ! À bientôt !

P. Gérard Billon

ARCHIVES-éditos/