<>

En mai, un “marathon” de prières à Marie

Denier de l’Eglise

Bulletin Le Grand Large

Méditer la Parole

Agenda

éditorial mai 2021

 
Du pain et des roses

« Bread and roses » est une vieille chanson militante du début du 20e siècle. Elle garde la trace des heurs et malheurs du mouvement ouvrier. Elle porte un espoir : pour vivre, le nécessaire doit s’accompagner de la beauté, la justice de la bonté et l’utile de la grâce.

Le mois de mai magnifie tout cela. Il commence par fêter saint Joseph, se continue en priant Marie et se met tout entier sous le souffle de l’Esprit saint.

Le mois de mai commence par fêter saint Joseph. Certes, celui-ci est honoré le 19 mars, une semaine avant l’Annonciation. Le premier mai, l’accent est mis sur son travail de charpentier. Joseph est rendu solidaire du mouvement ouvrier luttant pour le pain et plus de justice. Mieux : il insère le Fils de Dieu dans l’histoire du peuple de l’alliance. Concrètement, il lui donne un terroir et un métier. Enfin, il demeure pour nous un modèle de foi, n’oubliant rien de ce que la parole de Dieu lui glisse dans son sommeil, sauvant la vie et de Marie et de Jésus.

Le mois de mai continue en nous faisant prier Marie. Au pain gagné par Joseph, elle ajoute son travail et sa grâce. Elle aussi est modèle de foi, accueillant la parole tout en en cherchant le sens. Elle garde en son cœur ce qu’elle ne comprendra qu’à la lumière de Pâques. Le « rosaire », particulièrement mis en valeur en ce mois, est une manière de méditer avec elle, dizaine après dizaine, rose après rose, la grandeur d’un Dieu qui, en Jésus, s’est donné tout entier : joie, douleur, gloire, lumière…

Le pape François nous invite en ce mois de mai 2021 à un « marathon de prière ». Nous réciterons tous les soirs, seuls ou en famille, un rosaire pour « demander la fin de la pandémie ».

Car la pandémie est encore là. Les consignes sanitaires s’assouplissent, elles ne disparaissent pas. Il nous faut de la constance pour les observer, de la persévérance pour tenir, de l’espérance pour envisager l’avenir. Il n’y a pas d’âge pour courir ce marathon. Avec d’autres. Le sanctuaire de Lourdes va nous donner son rythme et l’Esprit saint son souffle.

 

 

ARCHIVES-éditos/