<>

VOEUX DE LA PAROISSE

Lettre pastorale Monseigneur François Jacolin

HORAIRES DES MESSES

Édito de janvier 20

Avec Marie, deux souhaits pour 2020

Marie a été recouverte de la grâce de Dieu, elle a donné son amour à son Fils et vécu la communion dans l’Esprit saint avec lui, Jésus, avec Joseph, avec ses proches et avec l’humanité entière. 

Qu’elle nous aide à vivre la communion entre nous. Appeler Dieu « Notre Père », c’est du même mouvement nous reconnaître frères et sœurs, unis par un triple lien qui nous précède et qui nous dépasse : « la grâce » qui est cadeau, « l’amour » qui se donne, « la communion » qui se tisse constituent le versant historique, concret, de la foi en Dieu. Oui, que la communion par la prière, par l’action, par notre argent, par le dévouement des associations, soigne les blessures là-bas, en particulier dans les pays d’Afrique qui sont meurtris et ici, dans les périphéries de l’Église.

Que Marie nous aide à vivre l’humilité. Le dessein de Dieu s’est réalisé à travers obstacles, résistances, ambiguïté. Peu ont reconnu le Fils de Dieu dans la mangeoire pour animaux – et moins encore dans le crucifié du Golgotha. Qui comprend que celui-là ait pu pardonner à ceux qui le mettaient à mort ? Comprendre la crèche, la croix et le pardon, c’est entrer dans l’humilité de Dieu.

L’humilité n’est pas triste. La crèche suscite la joie chez les bergers. Et la croix a un avenir : le matin de Pâques. La joie des disciples missionnaires s’enracine dans la possibilité de franchir les obstacles, de faire reculer les ombres de la nuit. La joie des disciples missionnaires s’enracine dans la possibilité ouverte par le charpentier de Nazareth de franchir la mort par le don de soi.

Cela fait partie des choses à nous partager dans la réflexion voulue par notre évêque d’un « nouvel élan missionnaire de nos paroisses ». Partager notre joie de savoir que notre monde est sauvé.

Ces deux souhaits, communion et humilité, Marie les a vécus. À Nazareth d’une part – ceci pour l’humilité. Au pied de la croix d’autre part – ceci pour la communion. Avec le disciple que Jésus aimait, elle nous a reçus comme fils et filles.

Qu’elle nous protège et nous garde.

P. Gérard Billon