<>

Covid19 : les règles pour le culte

Horaires des Messes

Bulletin Le Grand Large

Méditer la Parole

Agenda

Chapelle Saint-Hilaire du Vieil

Avant d’être une chapelle, c’était une salle de catéchisme.

Au début du XXe siècle, pour éviter aux enfants des hameaux du Vieil et de la Madeleine d’aller à pied au catéchisme, l’abbé Léon Jaud, curé de Noirmoutier, fait construire une salle qui correspond aujourd’hui à la première partie de la chapelle.

Cette salle est transformée en chapelle et agrandie grâce à la générosité de Mgr Louis-Alexandre Sobeaux, prêtre de Paris qui réside l’été au lieu-dit La Clère – nous sommes aux débuts du tourisme balnéaire. Une première messe y est célébrée à la Toussaint 1913.

Mgr Sobeaux a été le curé de l’audacieuse église St-Jean-de-Montmartre, toute imprégnée d’Art nouveau. La chapelle du Vieil n’a aucune ambition artistique de ce type mais offre une simplicité en osmose avec le village. Elle est dédiée à saint Hilaire, premier évangélisateur de l’île (dans les environs du Vieil, il y a les ruines d’une chapelle du Ve siècle). L’intérieur du bâtiment veut porter à la prière : quelques vitraux, l’ex-voto d’un dundee thonier, des tentures, la chaleur d’un plafond en bois et trois beaux tableaux.

Mgr Sobeaux les a commandés à des peintres de Montmartre : un Pèlerinage à Lourdes signé Ludovic Gignoux (1921), une Fuite en Égypte par Étienne Azambre (1913) et surtout une Pêche miraculeuse d’Henri-Émilien Rousseau (1916).

L’événement est placé au coeur de la vie locale. Jésus est debout sur une barque remplie de poissons, devant un bateau typique de l’île, les apôtres ont les traits et les vêtements de pêcheurs noirmourtrins alors connus, tels Alexandre Couillon ou Henri Burgaud, dit « le père Crépier », matelot légendaire du Vieil, connu pour ses histoires de marins.